10 octobre 2019. Réunion des élus du canton de Bourganeuf

10 octobre 2019. Réunion des élus du canton de Bourganeuf

RÉUNION CANTONALE DE BOURGANEUF
JEUDI 10 OCTOBRE 2019
– mairie de Bourganeuf –

Jeudi 10 octobre 2019, s’est tenue une réunion regroupant les élus du canton de Bourganeuf, animée par Marinette JOUANNETAUD, conseillère départementale et Jean-Jacques LOZACH, conseiller départemental et Sénateur de la Creuse, le Maire de Bourganeuf Jean-Pierre JOUHAUD, différents représentants des services (Conseil Départemental, communauté de brigades de gendarmerie, centre hospitalier de Bourganeuf). Le pôle viandes locales de Bourganeuf a été également présenté, par la voix de son Président Guillaume BETTON. Enfin, une visite du lycée des métiers Delphine GAY, en présence de Laurent FICHET, Directeur académique (D.A.S.E.N.) et de Laurence CHRONOPOULOS, Proviseure, a clôturé cette matinée d’échanges autour d’une trentaine d’élus locaux.

Les conseillers départementaux du canton ont pu, en première partie de matinée, aborder de nombreux sujets d’actualité, relatifs aux collectivités et aux élus locaux.

  • Point budgétaire – Projet de loi de finances 2020 :
    • Armée : + 4 % (exemple de Ministère « gagnant »),
    • Baisse du budget du ministère de la cohésion des territoires : – 6,4 %, soit – 1,35 milliard d’euros (volet logement, essentiellement), au détriment des interventions sur nos espaces ruraux, en particulier.
    • Dotation d’équipement des territoires ruraux (D.E.T.R.) en hausse, en 2019, pour notre département : de 13,1 à 13,4 millions d’euros. Le nouveau secrétaire général de la Préfecture, Renaud NURY, a choisi la mise en place d’un référent administratif unique par dossier, sur chaque arrondissement de la Creuse.
    • P.E.R. Contrat de Plan État-Région 2021 – 2027 (financement des infrastructures, traitement particulier pour les « petites centralités », aux côtés des pôles urbains). La négociation est en cours ; l’attention des élus est attirée quant à l’année 2020, année de référence mais aussi d’élections municipales. Une baisse trop marquée des investissements pourrait s’avérer préjudiciable en termes de montant de la prochaine enveloppe pluriannuelle.
  • Agence Nationale de la Cohésion des Territoires.
    • Un délégué par département : le Préfet. L’intérêt de l’Agence étant de soutenir les projets des intercommunalités, elle doit notamment apporter l’assistance technique et administrative nécessaire et attendue. Une déclinaison à l’échelon départemental est vivement souhaitée.
  • Projet de loi Engagement dans la vie locale et proximité de l’action publique.
    • Un nouveau pacte de gouvernance entre intercommunalités et communes est envisagé à partir de 2020 (avec notamment un Conseil des Maires annuel au sein des intercommunalités),
    • Il est mis fin à l’actualisation systématique, tous les 6 ans, de la carte intercommunale,
    • Compétence eau et assainissement – la question du transfert de compétences obligatoire aux intercommunalités serait assoupli, par conventionnement entre l’échelon communal (gestionnaire de réseau) et l’échelon E.P.C.I.
    • Pouvoirs de police accrus des Maires,
    • Amélioration du « quotidien » du Maire : mutualisations facilitées pour les compétences, services…
    • Droits des élus : revalorisation des indemnités des élus (souhait d’une contribution financière de l’État ; sinon elle restera fictive).
    • Amélioration de la prise en charge des frais de garde d’enfants, de déplacement.

Le texte est actuellement examiné au Sénat, dans le cadre d’une procédure accélérée.

COLLÈGE DE BOURGANEUF
Marinette JOUANNETAUD présente la situation du collège Jean Picart-le-Doux, à l’issue du dernier conseil d’administration.Effectifs stables

  • Équipe pédagogique très dynamique
  • Des inquiétudes grandissent quant aux travaux de sécurité et de rénovation prévus de longue date et non débutés ; ces travaux ayant été prévus et programmés avant 2015, par l’ancienne majorité du Conseil départemental. Les travaux intermédiaires ou annexes sont également ajournés, dans l’optique de la restructuration complète de l’établissement (internat, sanitaires par exemple)…
  • Bons partenariats, en développement, avec le centre hospitalier de Bourganeuf.

Sujets divers :

  • SDAASP – le schéma départemental d’amélioration et d’accessibilité aux services publics visant à organiser les services publics à l’échelle départementale, accuse un retard de quatre années dans la Creuse.
  • Échéance de contrats aidés en cours au sein des communes. La Préfecture est compétente quant à la mise en place des nouveaux contrats aidés.
  • Gestion de l’eau et sécheresse. Une perspective globale de solidarité et une réflexion à l’échelle départementale doivent être maintenues. Cependant, il convient de garder de la souplesse, durant la période transitoire, à l’égard des communes et des syndicats compétents tout en favorisant les projets d’interconnections.

GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE BOURGANEUF –
Commandant RIOM et Major VIRTON

  • Cambriolages en progression,
  • Taux d’élucidation en nette progression malgré la difficulté croissante des enquêtes,
  • Violences à l’encontre des femmes, des descendants et ascendants (hausse de 20%).
  • Sécurité routière.

La police de la sécurité au quotidien demeure une priorité des gendarmes, en termes de prévention et d’entretien d’un lien de proximité notamment. Le partenariat avec les élus est essentiel dans ce travail de fond.

CENTRE HOSPITALIER DE BOURGANEUF
Dominique GRAND – directrice

  • Prise de fonctions en juillet 2017 en qualité de directrice déléguée (convention de direction commune avec le centre hospitalier de Guéret) du centre hospitalier de Bourganeuf et de l’EHPAD de Royère de Vassivière.
  • Le centre hospitalier de Bourganeuf a été classé hôpital de proximité en 2015 ; ce qui a permis une stabilisation financière. Il assure en ce sens un accueil de proximité à l’échelle du bassin de vie.
  • L’accueil médical vient d’être rénové et offre désormais 6 box, à disposition d’un médecin (chef de pôle) et d’une équipe d’infirmières.
  • 26 lits de médecin, 4 de soins palliatifs, 33 en soins de suite et de réadaptation, 30 en unité de soins de longue durée, un plateau technique.
  • Soutien du laboratoire d’analyses du CH de Guéret,
  • Spécialités de consultations avancées en constant développement,
  • Activités médico-sociales (EHPAD, accueil de jour, coordination gérontologique…),
  • 3 animateurs de santé publique.
  • Projet d’achat d’un échographe (consultations en gynécologie).
  • Objectif constant de proximité avec la population (4.500 passages annuels à l’accueil médical, dont de nombreux mineurs scolarisés au collège et au lycée).
  • Budget : 18 millions d’euros.
  • Mise aux normes et restructuration en cours de l’EHPAD Voie Dieu pour plus de confort (75 lits) – achèvement des travaux prévu fin 2020. Investissement à hauteur de 4,5 millions d’euros. L’EHPAD de Bourganeuf affiche le plus faible prix de journée du département.
  • Projet de rénovation de l’hôpital (vieillissant). Une reconstruction est également à l’étude.
  • 6 lits pourront être transformés en hospitalisation de jour, un partenariat avec la Clinique de la Marche est envisagé pour les soins de suite et de réadaptation.
  • Le lien entre la ville, le centre hospitalier et l’EHPAD est entretenu (télémédecine, médecin de l’accueil médical disponible en cas de carence de médecin traitant, développement des consultations externes, plateforme de répit pour les aidants…).

SAS PÔLE VIANDES LOCALES – Zone d’activités de Langladure.
Guillaume BETTON, Président.

  • 77 actionnaires (60 fermes), 1200 mètres carrés de surface de production, 4,2 millions d’euros investis (10% par les agriculteurs eux-mêmes).
  • Soutien des élus locaux au projet et appui à l’installation.
  • Activité d’abattage, découpe et transformation de viande locale : une réponse à la problématique d’autonomie des exploitations agricoles et à l’amélioration des marges.
  • Intérêt : permettre à chaque producteur de conserver son identité. Abattage à petite échelle (10 vaches par semaine en moyenne) mais l’approvisionnement des collectivités devient possible (le lycée d’Ahun sera pilote).
  • La bientraitance animale : première exigence de l’abattoir.
  • Outil de production « sur-mesure » (maturation, préparation, mise en colis, expédition) et projet de territoire et de relocalisation de l’économie.
  • Centre d’interprétation et de formation (160 mètres carrés) : accueil du public, formation des éleveurs, lien entre production agricole et paysages, formation des jeunes, partenariat avec le lycée agricole d’Ahun, formations diverses, accueil d’événements,
  • Un outil pour communiquer et réfléchir (agriculture, consommation, environnement).
  • L’ouverture devrait avoir lieu début 2020 ; les recrutements sont en cours.
  • En Limousin, on peut estimer à 18 le nombre d’outils de ce type nécessaires pour répondre aux besoins.

LYCÉE DES MÉTIERS Delphine GAY

À l’issue de la rencontre dans la salle du Conseil municipal de Bourganeuf, la délégation d’élus a été accueillie par Laurence CHRONOPOULOS, Proviseure, pour une présentation et une visite de l’établissement de formation professionnelle.

Laurent FICHET, directeur académique des services de l’Éducation Nationale, s’est joint à cette visite.

– Proviseure en poste depuis 1 an,

– label Lycée des métiers du bien-être, des soins à la personne et de la restauration depuis 2018, Centre de formation des apprentis adossé depuis 1985,

– volonté de formation de proximité,

– 300 élèves à la rentrée 2019 (forte progression) et 61 apprentis (en hausse également),

– 240 places d’internat, occupées à 100%,

– 4 pôles de formation par la voie scolaire (beauté de la personne, services à la personne et petite enfance, hôtellerie-restauration, 3ème préparation métiers),

– 3 pôles de formation par la voie de l’apprentissage (les 3 premiers précédents), dont CAP coiffure et CAP Petite enfance. L’alternance est organisée sur-mesure, selon les besoins des apprentis et des maîtres d’apprentissage.

– Bons résultats obtenus aux examens,

– médiatisation systématique des actions menées,

– nombreux projets élaborés et mis en œuvre : lycée ambassadeur de l’Europe, bourses ERASMUS, ouverture de l’établissement aux parents non primo-francophones (60 heures de formation), concours régional de création d’entreprise, dispositif référents et sentinelles pour lutter contre les difficultés et le décrochage scolaires, olympiade des métiers, partenariats avec un lycée professionnel au Sénégal, avec l’association de promotion du cinéma Lavaud-Soubranne (création d’un chef-d’œuvre), liens renoués avec les acteurs professionnels.

– BTS des métiers de l’esthétique proposé à la rentrée 2021 (hébergement étudiant prévu, en lien avec la municipalité),

– Travaux de rénovation d’ampleur prévus d’ici septembre 2021 :

    • 500 mètres carrés vides transformés en 3 salles informatiques et une salle d’arts appliqués,
    • Cuisine et restaurant pédagogiques mis aux normes et entièrement rénovés.

– le lycée collecte la taxe d’apprentissage et travaille actuellement au prochain projet d’établissement.

Share Button