Dévoilement de la tapisserie « Piéta for the First World War » de l’artiste allemand Thomas Bayrle

Dévoilement de la tapisserie « Piéta for the First World War » de l’artiste allemand Thomas Bayrle

Monsieur le Ministre (André Chandernagor),

Monsieur le Député (si présent),

Monsieur le Directeur Général de la Mission du Centenaire,

Monsieur le Président du Comité du Monument National du Hartmannswillerkopf,

Monsieur le Président de la Chambre Régionale de Commerce de la Région Nouvelle-Aquitaine,

Monsieur et Madame Bayrle,

Madame la Présidente du Conseil Départemental,

Monsieur le Représentant du Président du Conseil Régional,

Monsieur le Président de la Communauté de Communes,

Monsieur le Maire,

Mesdames et Messieurs les élus,

Madame la Présidente de la Société des Amis de la Cité de la tapisserie et de son Musée,

Monsieur le Président du Cercle de la tapisserie (si présent),

Mesdames et Messieurs,

Chers amis,

J’ai le plaisir de vous accueillir aujourd’hui pour le dévoilement de la tapisserie « Piéta for the First World War » de l’artiste allemand Thomas Bayrle, ici présent et je me réjouis de votre présence à tous pour cet évènement important.

A l’origine, la Mission du Centenaire de la Première Guerre Mondiale avait interrogé le Département de la Creuse pour savoir quel projet serait susceptible d’être labellisé dans le cadre des commémorations du centenaire du conflit. L’idée était spontanément venue d’une tapisserie d’Aubusson et une reflexion a été conduite avec la Mission du Centenaire dont je remercie le Directeur Général, Joseph Zimet – ecusé, remplacé par M. Quentin TISSOT, chargé de mission, pour aboutir à l’idée d’un projet de tapisserie franco-allemande. Ce projet de commémoration franco-allemande prenait tout son sens avec la construction de l’Historial franco-allemand sur le site du Monument National du Hartmannswillerkopf en Alsace. Je remercie le Président du Comité du Monument National, Jean Klinkert, qui a œuvré de façon décisive à la réalisation de cette tapisserie. Il a permis également de renforcer nos liens avec la Région Alsace. Ce choix entériné, il a été décidé de demander à l’artiste allemand Thomas Bayrle déjà présent dans les collections du FRAC Limousin, de réaliser cette maquette. Cette réalisation a été possible grâce au mécénat de 30 000 € du Groupe allemand Würth, sollicité par le Président Klinkert et je tiens à réitérer mes remerciements au Président du Groupe Würth France, Pierre Hugel. Thomas Bayrle qui est présent aujourd’hui va nous dire tout à l’heure quelle a été sa démarche.

La Mission du Centenaire soutient également le projet à hauteur de 30 000 €, nous la remercions vivement, nous remercions également La France Mutualiste, son Président Yvan Glasel, avec  sa Fondation d’entreprise La France Mutualiste et son Président, Roger Autié et La Fédération Nationale André Maginot et son Président, l’Amiral Henri Lacaille, pour leur soutien.

Nous saluons le travail extraordinaire de l’Atelier Guillot. Marie et Patrick ont décidé de recruter Olivier Baude, qui avait suivi la formation de lissiers mise en place par la Cité internationale de la tapisserie et pour qui la réalisation de cette tapisserie a été une expérience enrichissante et valorisante. Il convient de rappeler que cette tapisserie a été débutée en juillet 2016, après 2 mois de préparation et de montage du métier à tisser et a nécessité 10 mois de travail. L’Atelier s’est d’ailleurs prêté aux visites du public 2 fois par semaines, qui ont contribué au succès de fréquentation de la Cité internationale de la tapisserie. Ce qui rejoint notre état d’esprit : l’ouverture.

L’ancien Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Défense chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire, Jean-Marc Todeschini était venu dévoiler sa maquette – en présence de Thomas Bayrle – nous dévoilons aujourd’hui l’œuvre. Celle-ci partira prochainement pour le nouvel Historial et sera accrochée pour son inauguration le 11 novembre prochain, en présence du Président de la République française et de la Chancelière allemande. Elle y sera présente chaque année d’avril à mi-novembre et elle sera amenée à être présentée dans différents lieux de mémoire et en particulier du Grand Est, région dans laquelle une demande de labellisation « mémoire des conflits » est en cours. Elle sera également présentée dans le Musée d’art moderne et contemporain Würth à Erstein près de Strasbourg, jusqu’à fin janvier 2018, avant de revenir à Aubusson pour l’ouverture de la saison 2018.

Elle sera bien sûr appelée à être itinérante et à constituer un message de paix pour les autres pays qui la recevront. De fait, cette tapisserie symbolisera le rapprochement franco-allemand et notre capacité à célébrer ensemble, dans un cadre européen, un épisode de notre Histoire commune qui nous a si fortement opposés, et aujourd’hui nous donne de grandes responsabilités pour l’avenir.

Nous pouvons aujourd’hui nous féliciter que les objectifs de la Cité internationale de la tapisserie trouvent un aboutissement dans la réalisation de cette œuvre. En effet, nous avons toujours encouragé l’intérêt des artistes contemporains pour notre savoir-faire traditionnel représentatif d’un grand patrimoine vivant français ; la politique menée par notre fonds régional pour la création de tapisseries contemporaines et son appel à projets annuel ont rencontré un vif succès et nos œuvres ont circulé dans de grandes institutions du monde entier. A côté de l’appel à projets, nous nous diversifions avec l’édition déléguée de tapisseries d’Aubusson, ou encore de commandes mécénées comme pour l’œuvre de Thomas Bayrle. Notre rôle est d’accompagner et de mettre en valeur cette dynamique économique, nous la soutenons de toute notre énergie. Nous sommes d’ailleurs très sensibles à la présence aujourd’hui du Président de la Chambre régionale de Commerce et d’Industrie de la Région Nouvelle Aquitaine, Jean-François Clédel, ainsi que M. BEAUCHOUX, Président de la Chambre de Commerce et d’industrie de la Creuse.

Remerciements à M. Jean-Noël PINAUD pour la présence de bénévoles à cette tombée de métiers, figurants en costume de la Grande Guerre et le prêt d’un taxi de la Marne, extrait de la fresque de Bridiers.

Thomas Bayrle a souhaité donner une puissance particulière à son œuvre, il a souhaité nous révéler à quel point la Première Guerre mondiale a été le moment où la révolution industrielle s’hybride avec l’art traditionnel de la guerre. Je le remercie d’être présent aujourd’hui et d’avoir bien voulu se prêter aux échanges concernant l’interprétation de l’œuvre avec les artisans et d’avoir partager son univers de création avec les élèves des collèges et lycées qui sont venus le rencontrer. Il convient d’ailleurs de souligner le travail de Romain Bonnot, professeur d’histoire-géographie détaché de l’Education nationale au bénéfice de la Cité, qui a mobilisé des élèves du Lycée Eugène Jamot qui ont suivi la réalisation de la tapisserie pendant 3 ans, de la seconde à la terminale.

Je remercie à nouveau tous nos partenaires qui nous ont apporté un soutien sans faille pour la réalisation de cette œuvre remarquable et dont l’impact dépasse largement le champ de la création pour investir celui de la Mémoire.

Il est essentiel que la Creuse et la Tapisserie d’Aubusson concourent aux manifestations du Centenaire. La première guerre mondiale a provoqué une hémorragie pour notre département. 11.000 Creusois sont morts en 4 ans ; ce qui a provoqué un impact terrible en termes démographiques : la perte de 38.000 habitants en 10 ans. Un Creusois né entre 1891 et 1900 avait moins d’une chance sur deux de vivre l’année 1912…

Enfin, une pensée particulière pour René VIVIANI, Député de la Creuse et Président du Conseil en 1914, lors de la déclaration de guerre.

Je vous remercie de votre présence.

Share Button