Ferroviaire : Trois raisons de croire que le dossier du train Paris-Orléans-Limoges-Toulouse va accélérer en 2018

Ferroviaire : Trois raisons de croire que le dossier du train Paris-Orléans-Limoges-Toulouse va accélérer en 2018

LA MONTAGNE : Publié le 17/05/2018 à 11h32

SNCF Travaux sur l’axe POLT chantier de débrousaillage © stephane Lefèvre

Quinze sénateurs et députés  issus des territoires traversés par la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse se sont réunis mercredi soir à l’Assemblée nationale. Co-organisateur de cette réunion,  le sénateur de la Creuse Jean-Jacques Lozach en explique les avancées.

  1. Un schéma directeur pour le Polt

Pour le sénateur Jean-Jacques Lozach,   vingt ans de tergiversations autour de la relance de la ligne doivent se dénouer en 2018 : « On a eu le projet de lignes en forme de Y renversé, le train pendulaire, le barreau LGV Limoges-Poitiers… En juillet, la ministre des transports Élisabeth Borne devra avoir sur son bureau le Schéma directeur du Polt qui tracera des perspectives sur cinq à dix ans ».

Jean-Jacques Lozach estime que la sédimentation des rapports sur les infrastructures  doit inciter le Gouvernement  à se déterminer : « On a eu Duron 1 et 2, Delebarre, Spinetta : les rapports et les études, ça suffit ! Il faut des actes. La ligne Polt doit devenir le train d’équilibre du territoire prioritaire pour l’État ».

  1. Jean-Jacques Lozach Sénateur de la Creuse .
  2. Un consensus politique

Avec le député du Cher François Cormier-Bouligeon (LREM), le sénateur PS de la Creuse  a réuni quinze parlementaires mercredi à l’Assemblée nationale. « Quinze sur les vingt-cinq concernés par la ligne, cela montre qu’on a un consensus politique. C’était l’occasion aussi de sensibiliser les nouveaux députés de La République en marche », se félicite Jean-Jacques Lozach. Marie-Ange Magne et Sophie Beaudoin-Hubiere, députées LREM de la Haute-Vienne et Jean-Baptiste Moreau, député LREM de la Creuse,  ont participé à ce colloque. Près de trente collectivités de trois régions (Centre-Val de Loire, Nouvelle-Aquitaine et Occitanie) ont financé l’étude commanditée par le lobby Urgence ligne Polt et portant sur la faisabilité d’une desserte Paris-Limoges en 2 h 30 (contre 3h02 aujourd’hui).

  1. Des demandes d’investissements mesurées

Derrière Jean-Claude Sandrier, ancien député et président du lobby Urgence ligne Polt, les parlementaires vont cosigner un courrier à la ministre des transports réclamant : « 200 millions d’euros de travaux supplémentaires sur la voie (N.D.L.R : 1 milliard d’euros est déjà programmé sur Polt pour la période 2015-2025) et le renouvellement du matériel roulant. Un matériel qui doit être adapté en terme de vitesse et de confort sur des longs trajets ».

Julien Rapegno

Share Button