Pour les sénateurs PS de la Creuse, « le Grand débat suscite des espoirs et ne doit pas décevoir »

Pour les sénateurs PS de la Creuse, « le Grand débat suscite des espoirs et ne doit pas décevoir »

Pas dans l' »opposition systématique » au gouvernement, Jean-Jaques Lozach et Eric Jeansannetas, sénateurs PS de la Creuse, se veulent, en ces temps troublés, les gardiens d’une certaine idée de la République. Une République pour laquelle les mots « ruralité et aménagement du territoire » ont un sens.

Dans ce contexte politique et social troublé, les sénateurs de la Creuse ont décidé d’innover… à partir d’une recette éprouvée : pour la première fois, Éric Jeansannetas et Jean-Jacques Lozach ont offert « un pot républicain » de nouvelle année aux maires et adjoints de la Creuse.

Jean-Jacques lozach et Eric Jeansannetas montent régulièrement au créneau ensemble

Une soixantaine d’élus a répondu à l’invitation lundi soir, à la salle des fêtes d’Ajain. Des élus de gauche, pour l’essentiel. La présence de leur collègue parlementaire LREM Jean-Baptiste Moreau a confirmé toutefois que les sénateurs PS de la Creuse ne sont pas « dans l’opposition systématique » au gouvernement. Ni dans « l’approbation systématique ».

Un grand absent du débat : le pouvoir d’achat

Du côté de l’ordre, des institutions démocratiques de « la République et de l’Europe », a insisté Éric Jeansannetas, qui a souhaité « une sortie positive de ce grand débat national qui suscite un espoir qu’il ne faut pas décevoir ». Éric Jeansannetas estime qu’« il y a un grand absent parmi les thèmes lancés par Emmanuel Macron, c’est le pouvoir d’achat. Et à l’issue du débat, il faudra une grande conférence sociale avec les partenaires sociaux. Le président a négligé les corps intermédiaires que sont les organisations syndicales et les élus locaux ».
Les sénateurs ont bien conscience que leur fonction est « mise en cause » par le mouvement des Gilets jaunes.

Grand débat : les classes moyennes sont davantage mises à contribution sur le plan fiscal

La réforme qui pourrait bousculer les sénateurs

Jean-Jacques Lozach n’évacue aucune des hypothèses de réforme constitutionnelle qui se dessinent : « Suppression pure et simple du Sénat ? Élection d’un sénat citoyen par tirage au sort ? Réduction du nombre de parlementaires de 25 à 35 % ? ».

La dynamique du grand débat s’enclenche (lentement) en Creuse

Son cadet Jeansannetas plaide naturellement pour le maintien d’une « représentation du département par deux sénateurs ».
Le tandem creusois a plaidé pour le « recul », la réflexion qu’offre la chambre haute pour l’adoption des lois, tout en cajolant les maires : « C’est vous qui tenez la France. Sans vous, je n’ose imaginer ce qu’il resterait de notre société […] La commune est la cellule de base de notre démocratie. Un maire ne pourra jamais être remplacé par un fonctionnaire », a lancé Jean-Jacques Lozach.

« Nous serons vigilants sur les réformes de l’assurance-chômage, les retraites, la baisse des fonctionnaires. Et sur la loi Pacte, nous porterons les amendements des GM & S sur la responsabilisation des donneurs d’ordre ».
Jean-Jacques Lozach (sénateur de la Creuse)

L’aîné des sénateurs creusois a enfin listé les chantiers 2019
S’il trouve que « la lettre du président est celle qu’il fallait faire », Jean-Jacques Lozach déplore que les « mots ruralité et aménagement du territoire en soient absents ».
Pragmatique, le sénateur Lozach va surveiller le maintien des moyens alloués aux collectivités locales.

Julien Rapegno

Share Button