Rencontres d’automne des Nouvelles Ruralités des 26 et 27 octobre 2017.

Rencontres d’automne des Nouvelles Ruralités des 26 et 27 octobre 2017.

Table ronde avec Jean-Paul DELEVOYE : « la ruralité au coeur des enjeux politiques »

COMMUNIQUE DE PRESSE

Eléments de conclusion

des rencontres d’automne

Valence 26 et 27 octobre 2017

A l’occasion des rencontres d’automne des Nouvelles Ruralités des 26 et 27 octobre à Valence, les congressistes ont adopté la déclaration suivante :

1 – La société, la démographie, les comportements ont considérablement changé. Il est nécessaire de modifier radicalement le logiciel à partir duquel nous bâtissons des politiques publiques. Les réponses aux enjeux de société se trouvent dans les territoires ruraux : qualité de vie, santé, protections, transitions écologiques, énergétiques, économiques, agricoles…

2 – La société a besoin de temps long et d’intelligence collective. Il faut donner de la confiance, de la fierté, de l’espoir aux territoires.

3 – La ruralité ne concerne pas que les ruraux. Elle concerne aussi les urbains des zones métropolitaines et tous ceux qui recherchent une nouvelle habitabilité et une meilleure qualité de vie.

4 – L’Etat et l’Europe doivent exprimer une vision politique de long terme sur les territoires non métropolitains. Les territoires ruraux souhaitent que l’on passe d’une politique réparatrice ou de compensation à une véritable politique structurelle qui assure l’équilibre et la complémentarité avec les métropoles. Les territoires ruraux ont soif de dignité, de confiance et d’autonomie dans la capacité d’agir. Une loi d’orientation et de programmation ainsi qu’un agenda rural européen sont plus que jamais nécessaires pour garantir une politique de long terme sur nos territoires. La société de la compétition doit céder sa place à une société de la coopération qui assure la performance durable.

5 – L’avenir immédiat réside dans la coopération entre tous les niveaux institutionnels et entre les territoires, dans l’appropriation par tous les acteurs de la société civile, dans la gouvernance territoriale partagée, dans la richesse et la puissance du collectif et dans la confiance réciproque entre les élus ruraux et les élus des métropoles.

6 – L’innovation doit être stimulée, encouragée et développée dans tous les secteurs sur les territoires. Le droit à l’expérimentation doit être développé. La prise de risque et le droit à l’échec doivent être admis. Les énergies doivent être libérées. La place du travail doit être reconsidérée afin que l’homme retrouve une place centrale.

7 – Le projet de territoire co-élaboré avec une démarche ascendante constitue un levier essentiel. La différenciation territoriale est un facteur d’appropriation et d’attractivité. Le partenariat public-privé de territoire doit être encouragé.

8 – Les transitions numériques, environnementales, énergétiques, industrielles, démographiques confèrent aux territoires ruraux un rôle essentiel dans la croissance nationale. Grâce à leurs atouts propres et aux développements numériques en cours, les territoires ruraux deviennent de formidables territoires d’opportunité pour tous les entrepreneurs et créateurs.

9 – L’Association Nationales Nouvelles Ruralités a fait la démonstration pendant ces deux jours qu’elle constitue LE think-tank de la ruralité.

10 – L’Association Nationale Nouvelles Ruralités propose aux 30 associations partenaires des Voix de la ruralité de co-organiser en 2018 les Etats Généraux des Nouvelles Ruralités. Ils permettront de dégager la plus value des territoires ruraux dans tous les domaines de la société et aiguilleront les décideurs publics et privés vers les justes choix pour l’avenir de la France.

Contact :

Julien MEZZANO

06 10 24 21 35

julien.mezzano@nouvellesruralites.org

www.nouvellesruralites.org

Share Button