Contenu de connexion
jjlozach@jjlozach.fr 05 55 64 14 19 Permanence parlementaire : 2 rue Zizim – 23400 Bourganeuf AGIR POUR TOUTES LES COMMUNES CREUSOISES

Question écrite adressée à M. le ministre des solidarités et de la santé transmis à Mme la secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées

Réponse de Mme la secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées

Revalorisation salariale des personnels du secteur médico-social du handicap et des soins à domicile

Question n° 20156 adressée à M. le ministre des solidarités et de la santé transmis à Mme la secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées
Publiée le : 21/01/2021
Texte de la question : M. Jean-Jacques Lozach attire l’attention de M. le ministre des solidarités et de la santé quant au dispositif de revalorisation salariale mis en place à la suite des accords du Ségur de la santé ; il est destiné à revaloriser les rémunérations, à améliorer la reconnaissance et le quotidien d’1,8 million de professionnels de la santé. Parmi eux, les sages-femmes, les personnels non médicaux des établissements de santé, les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ainsi que les praticiens hospitaliers de l’hôpital public. Les indemnités des internes et des étudiants des filières médicales et paramédicales ont également été rehaussées. Ces mesures, prises à l’issue d’un dialogue social nourri et dans un contexte sanitaire et économique hautement dégradé, étaient rendues absolument nécessaires. Elles renforceront, il faut l’espérer, l’attractivité vers ces métiers pour les générations à venir et accéléreront la transformation des établissements de santé au service des patients. Cependant, il s’étonne que le décret n° 2020-1152 du 19 septembre 2020 relatif au versement d’un complément de traitement indiciaire aux agents des établissements publics de santé, des groupements de coopération sanitaire et des EHPAD de la fonction publique hospitalière, n’intègre dans son périmètre le personnel médico-social œuvrant auprès des personnes handicapées et prodiguant des soins à domicile, secteurs dans lesquels les femmes sont surreprésentées. Ces agents, par-delà le rôle majeur qu’ils jouent au quotidien auprès de publics considérés comme fragiles, consentent sans réserve depuis près d’un an aux efforts que la situation sanitaire commande. Leur mobilisation, totale, fut même reconnue par l’attribution de la prime exceptionnelle « Covid » entérinée par le décret n° 2020-711 du 12 juin 2020. Cette différence de traitement, caractérisée par les deux décrets susmentionnés pris à trois mois d’intervalle, suscite chez ces personnels un profond sentiment d’iniquité, d’injustice et d’exclusion ; il vient s’ajouter à la précarité de leurs conditions d’emploi (le recours aux contrats courts notamment) et à la pénibilité de leurs conditions de travail. Cette rupture d’égalité pourrait également poser davantage de difficultés encore en matière de recrutement dans des secteurs déjà frappés par un déficit d’attractivité, d’autant plus important en zone rurale comme c’est le cas dans le département de la Creuse. Il lui demande l’extension du dispositif de complément de traitement indiciaire obtenu dans le cadre des accords du Ségur aux personnels du secteur médico-social qui en sont jusqu’à présent écartés.


Réponse de Mme la secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées
À publier le : 09/12/2021, page 6812
Texte de la réponse : Depuis plusieurs semaines, des difficultés importantes touchent sur plusieurs territoires des établissements et services qui accueillent des personnes en situation de handicap auxquelles il nous faut répondre en urgence pour assurer la continuité des soins et de l’accompagnement et éviter les ruptures de parcours. Le gouvernement a annoncé en conséquence la mobilisation des Agences régionales de santé avec la création d’une cellule exceptionnelle d’appui RH dans chacune d’entre elles pour accompagner les structures touchées et recueillir leurs besoins en personnel. Parallèlement, la ministre du Travail, Elisabeth BORNE, missionne Pôle emploi pour identifier le vivier de professionnels et proposer des formations courtes qualifiantes. Ce déploiement s’effectuera en mobilisant l’ensemble des leviers identifiés dans le plan des métiers du grand âge et de l’autonomie sur la formation initiale, l’apprentissage et les coopérations territoriales. Après une mobilisation exemplaire de l’ensemble des professionnels du soin et de l’accompagnement tout au long de la crise sanitaire, nous sommes confrontés dans certains établissements à des difficultés importantes pour recruter du personnel dans un contexte de tensions généralisées sur le marché du travail. Les soignants s’interrogent sur leurs choix professionnels et il nous faut leur apporter une réponse forte. Cette réponse passe tout d’abord par une revalorisation de leurs salaires. Le gouvernement avait signé avec les partenaires sociaux le 28 mai les accords dits « LAFORCADE » qui prévoyaient l’extension du complément de rémunération de 183€ nets par mois pour les 74 000 professionnels soignants des structures privées à but non lucratif du secteur du handicap au 1er janvier 2022 pour près de 364 millions d’euros. Compte-tenu des tensions sur le recrutement et des phénomènes de concurrence, cette réponse attendue par le secteur arrive trop tardivement. C’est pourquoi, le Premier ministre a annoncé l’anticipation du versement de 183€ net par mois dès le 1er novembre pour l’ensemble des personnels soignants, aides médico-psychologiques, auxiliaires de vie sociale et accompagnants éducatifs et sociaux. Par ailleurs, cette revalorisation ne concernait que le secteur financé par la sécurité sociale alors qu’aujourd’hui des personnels exercent les mêmes métiers dans des foyers et hébergements à la charge des départements. Pour répondre à cette inégalité, l’État prendra en charge dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale 2022 cette même revalorisation pour les 20 000 personnes qui travaillent dans les établissements et services financés par le département. Mais au-delà des soignants, la situation des éducateurs et des accompagnants est au cœur des demandes du secteur depuis plusieurs mois. Cette responsabilité est éminemment partagée avec les départements très largement financeurs et avec les partenaires sociaux qui fixent les règles conventionnelles d’évolution des carrières. Les accords LAFORCADE prévoyaient comme préalable un rapprochement des conventions collectives des professionnels concernés, permettant de moderniser les parcours pour les rendre plus attractifs en terme de progression de carrière. C’est un élément fondamental de l’attractivité des métiers du handicap. Conformément aux engagements qui ont été pris, le Premier ministre a annoncé la tenue d’une conférence des métiers de l’accompagnement social pour faire avancer ce sujet avant le 15 janvier 2022. Elle permettra, avec les départements, les employeurs et les représentants des salariés, de construire un calendrier et une méthode partagée afin de faire aboutir le rapprochement des conventions. L’Etat prendra toute sa place dans son financement aux côtés des collectivités et des employeurs. L’anticipation au 1er novembre de la revalorisation de 183€ nets par mois des salaires des soignants qui accompagnent les personnes en situation de handicap et son extension aux structures financées par les départements met fin à la logique de concurrence entre les employeurs. Elle renforce l’attractivité du secteur du handicap. Nous n’oublions pas les éducateurs qui font l’objet d’une conférence des métiers de l’accompagnement avec l’ensemble des financeurs avant le 15 janvier 2022 pour répondre de façon transversale à leurs attentes. La question de l’attractivité des métiers passe également par d’autres leviers que le sujet des salaires : pour redonner du sens à ces métiers qui sont au cœur de notre société, le Premier ministre a mandaté Denis PIVETEAU, conseiller d’État, pour tracer des perspectives afin de mieux répondre aux attentes des personnes en transformant les modalités de l’accompagnement par les professionnels. A l’heure où la crise sanitaire a une nouvelle fois montré que les personnels qui travaillent auprès des publics en situation de handicap exercent une mission essentielle pour la Nation, nous devons leur donner des perspectives professionnelles à même de renforcer le sens de leur action, tout en transformant la réponse que nous apportons à la demande d’autonomie des personnes en situation de handicap et de leurs familles.

Share Button
Retour vers le haut